Un registre national pour tous les psychothérapeutes

Le dernier volet de la loi sur les professions de la psychologie (LPsy), c'est-à-dire le registre des professions de la psychologie (PsyReg), a été mis en place le 1er août 2017. Pour l'instant, seules les personnes qui détiennent un titre de formation postgrade fédéral reconnu en psychothérapie y figurent. Pour programmer le PsyReg, l'OFSP était dépendante des trois associations que sont l'ASP, la FSP et la SBAP, car nous sommes les seules à disposer des données nécessaires. Ces trois associations ont approuvé le transfert desdites données qui sont les suivantes: le nom, la date de naissance, le sexe, la formation initiale et la formation postgrade du/de la psychothérapeute. Ce sont les directions cantonales des affaires sanitaires qui fournissent les informations relatives aux autorisations d'exercer. L'OFSP obtiendra des données supplémentaires d'autres sources.

Le PsyReg présente plusieurs avantages. Les patients pourront ainsi voir si «leur» psychothérapeute possède une formation postgrade reconnue et si il/elle est titulaire d'une autorisation d'exercer en cours de validité. Les psychothérapeutes étrangers peuvent aussi figurer dans le registre dès lors que leur formation postgrade a été reconnue comme équivalente aux diplômes suisses par la commission des professions de la psychologie. Le PsyReg doit donc constituer un instrument de l'assurance qualité.

Cette loi facilite la tâche des autorités cantonales, car elles pourront savoir, en consultant le registre, si un ou une psychothérapeute remplit les critères spécifiques lui permettant d'obtenir l'autorisation d'exercer. Le registre contiendra aussi les éventuelles restrictions ou mesures disciplinaires prises à l'encontre des psychothérapeutes, ce qui va dans le sens des obligations de contrôle des cantons.